épilepsie chien

Epilepsie chez le chien : Causes et solutions de l’épilepsie

L’épilepsie chez un chien est une maladie qui n’est pas très courante. Mais heureusement pour nos petites bêtes, elle se contrôle à l’aide de médicaments.

Il y a malgré tout quelques petites choses à savoir et/ou à apprendre à propos de l’épilepsie d’un chien.

Nous allons donc parler dès maintenant de l’épilepsie chez le chien.

L’épilepsie d’un chien, qu’est-ce que c’est ?

L’état épileptique, ou épilepsie, est un trouble neurologique qui provoque chez les chiens des crises soudaines, incontrôlées et récurrentes. Ces attaques physiques peuvent survenir avec ou sans perte de conscience.

Causes de l’épilepsie d’un chien

Les convulsions des chiens peuvent être causées par un traumatisme, une exposition à des toxines, des tumeurs cérébrales, des anomalies génétiques, des problèmes avec le sang ou les organes du chien, ou un certain nombre d’autres raisons. D’autres fois, les crises peuvent parfois survenir pour des raisons inconnues. On parle alors d’idiopathie.

Types d’épilepsie chez le chien

Il existe trois types de crises canines. Elles sont généralement classées par les chercheurs comme des crises focales (partielles), des crises généralisées (grand mal) et des crises focales avec généralisation secondaire.

Les crises grand mal chez le chien affectent les deux côtés du cerveau et l’ensemble du corps. Les crises de grand mal peuvent ressembler à des secousses ou des secousses musculaires involontaires dans les quatre membres de l’animal et comprennent la perte de conscience.

Une crise partielle chez le chien ne touche qu’une petite partie du cerveau et peut se manifester de plusieurs façons. Elle se transforme généralement en crise de type grand mal tout au long de la vie du chien. Lorsqu’un chien fait une crise partielle, un seul membre, un côté du corps ou simplement la face est touché.

A quoi ressemble un crise d’épilepsie ?

Une fois que les crises sont déclenchées, plusieurs choses sont alors constater. Le chien tombe sur le côté, se raidit, se mordille la mâchoire, salive abondamment, urine, défèque, vocalise et/ou pagaie avec ses quatre membres. Ces crises durent généralement entre 30 et 90 secondes. Le comportement qui suit la crise est connu sous le nom de comportement postictal. Il comprend des périodes de confusion et de désorientation, d’errance sans but, de comportement compulsif, de cécité, de rythme, d’augmentation de la soif et de l’appétit. Le rétablissement après la crise peut être immédiat ou prendre jusqu’à 24 heures.

En général, plus le chien est jeune, plus l’épilepsie sera grave. En règle générale, lorsque l’épilepsie se déclare avant l’âge de 2 ans, l’affection réagit positivement aux médicaments. Plus le chien a de crises, plus il y a de chances que les neurones du cerveau soient endommagés. Il y a donc plus de chances que l’animal ait de nouvelles crises.

Symptômes des crises d’épilepsie chez les chiens

Les signes d’une crise imminente peuvent inclure une période d’avertissement, un état mental altéré où l’animal va ressentir ce que l’on appelle une aura ou un début focal. Pendant cette période, un chien peut sembler inquiet, étourdi, stressé ou effrayé. Il peut éprouver des troubles visuels, se cacher ou demander de l’aide et de l’attention à son maître. Le chien peut ressentir des contractions dans ses membres ou dans ses muscles. Il peut aussi avoir des difficultés à contrôler sa miction et ses selles.

Les crises se produisent le plus souvent pendant que le chien se repose ou dort. Le plus souvent, la nuit ou tôt le matin. En outre, la plupart des chiens se rétablissent avant que vous ne l’ameniez chez le vétérinaire pour un examen.

Types d’épilepsie, idiopathique ou génétique, chez les chiens

L’épilepsie est un terme général utilisé pour décrire les troubles du cerveau qui se caractérisent par des crises récurrentes et/ou récidivantes. Il existe plusieurs types d’épilepsie qui peuvent affecter les chiens. Il est donc utile de comprendre le différent vocabulaire associé à chacun d’entre eux.

  • L’épilepsie idiopathique décrit une forme d’épilepsie qui n’a pas de cause sous-jacente identifiable. Cependant, l’épilepsie idiopathique est souvent caractérisée par des lésions cérébrales structurelles et se retrouve plus souvent chez les chiens mâles. Si elles ne sont pas traitées, les crises peuvent devenir plus graves et plus fréquentes.
  • L’épilepsie symptomatique est utilisée pour décrire l’épilepsie primaire qui se traduit par des lésions structurelles ou des dommages à la structure du cerveau.
  • L’épilepsie probablement symptomatique est utilisée pour décrire une épilepsie symptomatique présumée, lorsqu’un chien a des crises récurrentes, mais qu’aucune lésion ou lésion cérébrale n’est apparente.
  • La crise d’épilepsie en grappes décrit toute situation où un animal a plus d’une crise au cours de périodes consécutives de 24 heures. Les chiens dont l’épilepsie est établie peuvent avoir des crises en grappes à intervalles réguliers d’une à quatre semaines. Cela est particulièrement évident chez les chiens de grande race.
  • Le statut épileptique implique des crises constantes, ou une activité impliquant de brèves périodes d’inactivité, mais pas un soulagement complet de l’activité épileptique.

Causes de l’épilepsie idiopathique chez le chien

De nombreux facteurs différents, y compris le schéma des crises, peuvent influencer le développement de futures crises. L’âge d’un chien au moment où il fait sa première crise peut déterminer la probabilité qu’il fasse de nouvelles crises, des crises récurrentes, ainsi que la fréquence et l’issue de ces crises.

L’épilepsie idiopathique est génétique chez de nombreuses races de chiens et est également familiale. Ce qui signifie qu’elle est présente dans certaines familles ou lignées d’animaux. Ces races de chiens doivent être testées pour l’épilepsie et, en cas de diagnostic, ne doivent pas être utilisées pour la reproduction.

Des gènes multiples et des modes d’héritage récessifs sont suggérés chez le Bouvier bernois et le Labrador, tandis que des traits non récessifs aux hormones de genre ont été proposés chez le Vizsla et l’Irish Wolfhound. Il existe également des traits récessifs chez le Springer Spaniel anglais, qui peuvent entraîner une épilepsie, mais celle-ci ne semble pas affecter tous les membres de la famille. Les crises sont principalement focales (impliquant des zones localisées du cerveau) chez le Spitz finlandais.

Les caractéristiques associées à l’épilepsie génétique se manifestent généralement entre 10 mois et 3 ans, mais ont été signalées dès six mois et jusqu’à cinq ans.

Diagnostique

Les deux facteurs les plus importants dans le diagnostique de l’épilepsie idiopathique d’un chien sont : l’âge au début de la crise et le schéma des crises (type et fréquence).

Si votre chien a plus de deux crises dans la première semaine suivant leur apparition, votre vétérinaire envisagera probablement un diagnostique autre que l’épilepsie idiopathique. Si les crises surviennent alors que le chien a moins de six mois ou plus de cinq ans, elles peuvent être d’origine métabolique ou intracrânienne (à l’intérieur du crâne). Cela permettra d’exclure une hypoglycémie chez les chiens âgés. Les crises focales ou la présence de déficits neurologiques, quant à elles, indiquent une maladie intracrânienne structurelle.

Les symptômes physiques peuvent comprendre la tachycardie, les contractions musculaires, les difficultés respiratoires, l’hypotension, un pouls faible, des évanouissements, un gonflement du cerveau et des crises évidentes. Certains chiens présentent des comportements mentaux qui sortent de l’ordinaire, y compris des symptômes de comportements obsessionnels et compulsifs. Certains présentent également des tremblements et des secousses musculaires. D’autres peuvent trembler ou bien mourir.

Des tests de laboratoire et des tests biochimiques peuvent révéler les éléments suivants :

  • Un taux de sucre dans le sang faible
  • Insuffisance rénale et hépatique
  • Un foie gras
  • Une maladie infectieuse dans le sang
  • Maladies virales ou fongiques
  • Maladies systémiques

Traitement

La plupart des traitements pour les chiens épileptiques sont ambulatoires. Il est recommandé que le chien ne tente pas de nager afin d’éviter une noyade accidentelle pendant le traitement. Sachez que la plupart des chiens sous antiépileptique à long terme ont tendance à prendre du poids. Surveillez donc de près le poids de votre chien et consultez votre vétérinaire pour un plan d’alimentation si nécessaire.

Dans certains cas, certaines procédures médicales, y compris la chirurgie pour enlever les tumeurs qui peuvent contribuer aux crises, peuvent être nécessaires. Les médicaments peuvent contribuer à réduire la fréquence des crises chez certains animaux. Certains corticostéroïdes, antiépileptiques et anticonvulsifs peuvent également contribuer à réduire la fréquence des crises. Le type de médicaments administrés dépendra du type d’épilepsie dont souffre l’animal, ainsi que d’autres problèmes de santé sous-jacents dont il souffre.

Par exemple, les stéroïdes ne sont pas recommandés pour les animaux atteints de maladies infectieuses. Ils peuvent avoir un effet néfaste.

Vivre et gérer l’épilepsie d’un chien

Un traitement précoce et des soins appropriés sont essentiels pour la santé et le bien-être général d’un chien. Les chiens plus jeunes sont plus exposés à des formes graves de certains types d’épilepsie. Notamment l’épilepsie primaire et l’épilepsie idiopathique. Veillez à emmener votre chien chez le vétérinaire dès le début si vous pensez qu’il est à risque pour cette maladie ou pour tout autre type de maladie. Ensemble, vous et votre vétérinaire pourrez déterminer la meilleure ligne de conduite possible pour votre chien.

Si votre chien souffre d’épilepsie, il est important que vous suiviez le traitement. Il est essentiel de surveiller les niveaux thérapeutiques des médicaments dans le sang. Les chiens traités au phénobarbital, doivent faire l’objet d’une surveillance de leur profil chimique sanguin et sérique après le début du traitement, au cours de la deuxième et de la quatrième semaine. Ces niveaux de médicaments seront ensuite évalués tous les 6 à 12 mois, en modifiant les niveaux de sérum en conséquence.

Surveillez attentivement les chiens âgés souffrant d’insuffisance rénale qui suivent un traitement au bromure de potassium. Votre vétérinaire peut recommander un changement de régime alimentaire pour ces chiens.

Prévention

L’épilepsie idiopathique étant due à des anomalies génétiques, on ne peut pas faire grand-chose pour la prévenir. Outre le fait de vous familiariser avec les races les plus fréquemment touchées par l’épilepsie et de faire tester votre animal, vous pouvez prendre quelques précautions. Évitez les friandises salées pour les chiens traités au bromure de potassium, car elles peuvent provoquer des crises. Si votre chien prend des médicaments pour contrôler son épilepsie, ne les arrêtez pas brusquement. Cela pourrait aggraver et/ou provoquer des crises.

P.S : Si votre chien grossie, venez vite lire : Comment faire maigrir son chien ? trucs et astuces.

Découvre ce secret pour dresser ton chien en 15 minutes par jour

Une réponse

  1. CBD 04/08/2020

Laisser un commentaire

ATTENDEZ ! NE PARTEZ PAS MAINTENANT..

Récupérez votre GUIDE pour apprendre à DRESSER VOTRE CHIEN en 15 MINUTES PAR JOUR !